refluer


refluer

refluer [ r(ə)flye ] v. intr. <conjug. : 1>
• 1450; refluir 1380; lat. refluere « couler en arrière »
Se mettre à couler en sens contraire. L'eau reflue à marée descendante. se retirer; reflux. « Il lui sembla que de tous les points de son corps le sang refluait vers son cœur » (Green).
(1757) Fig. « Les enfants refluaient vers le collège » (Montherlant). Faire refluer les manifestants, les faire reculer ( refouler) . — Littér. Resurgir à la conscience. Souvenirs qui refluent.
⊗ CONTR. Affluer.

refluer verbe intransitif (latin refluere, couler en arrière) En parlant d'un liquide en mouvement, revenir en sens inverse : Liquide qui reflue dans un conduit bouché. Revenir, être ramené massivement vers un lieu ou dans une direction : La foule des visiteurs reflua vers la sortie. Littéraire. En parlant des pensées, revenir en nombre à la conscience, resurgir : Souvenirs qui refluent d'un lointain passé.refluer (synonymes) verbe intransitif (latin refluere, couler en arrière) En parlant d'un liquide en mouvement, revenir en sens inverse
Synonymes :

refluer
v. intr.
d1./d Se mettre à couler en sens inverse. Les eaux refluent.
d2./d Fig. (En parlant d'une foule.) être refoulé, reculer. Les gendarmes firent refluer la foule.

⇒REFLUER, verbe intrans.
A. — 1. [Le suj. désigne un fluide] Couler en sens inverse, généralement vers le point de départ. Maurice aimait d'amour à venir, au crépuscule, (...) écouter la mer refluant vers le lointain des grèves (E. DE GUÉRIN, Journal, 1840, p. 397). Il pleuvait à torrents, les ruisseaux débordés envahissaient les chaussées et les trottoirs, l'eau des égouts refluait dans les rues (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 422). Absol. Elle (...) m'offrit sa main distraite et le petit sourire bourgeois de ses grands yeux, brouillés de vert comme les flaques marines que la mer en refluant abandonne (COLETTE, Ces plais., 1932, p. 21).
[En parlant d'un liquide physiol.] La bile a reflué vers le sang (Ac.). Une liqueur particulière, dont les émanations, refluant dans le sang, lui communiquent un caractère plus stimulant et plus actif (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 279). Nos regards se croisèrent, et, avant même que j'eusse prononcé son nom en moi-même, mon sang, refluant à mon cœur, m'obligea à m'arrêter un instant (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 357).
2. P. anal., littér. Déjà, par la hêtraie, le silence du bois refluait (GENEVOIX, Rroû, 1931, p. 182).
P. métaph. Laissons la source de la vie couler vers sa pente naturelle. Si vous lui donnez des digues, ou elle se perdra en refluant sur elle-même, ou elle deviendra un torrent, et ravagera les terres qu'elle devait féconder (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 333).
3. MAÇONN. [En parlant du mortier de pose d'un carrelage ou du mortier utilisé pour liaisonner un ouvrage de brique ou de pierre] Sortir par les joints (d'apr. BONNEL-TASSAN 1966). Enlever aussitôt les bavures du plâtre qui a reflué (cette opération doit être faite avant la prise complète) (BONNEL-TASSAN 1966, p. 50).
B. — P. anal. [Le suj. désigne un flot de gens] Revenir vers le point de départ, revenir en arrière ou, repoussé d'un endroit, se diriger ailleurs. Synon. reculer. Populations refluant vers la ville. L'air du bal était lourd (...). On refluait dans la salle de billard (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 58). Nos civilisations du Nord, en refluant sur les peuples arriérés du Midi, y ont importé un costume étranger (TAINE, Philos. art, t. 2, 1865, p. 137).
Absol. Le chauffeur, vêtu de l'uniforme de l'armée, fait ronfler sans cesse son klaxon, et la foule reflue précipitamment, comme poussée par un chasse-neige (MALRAUX, Conquér., 1928, p. 57).
Faire refluer. Synon. de refouler. La perte de la bataille de Waterloo fit refluer un grand nombre de prisonniers françois dans les villes des Pays-Bas (CHATEAUBR., Mél. hist., 1827, p. 135).
P. métaph. Voyez comme les enragés de politique fuient le centre et refluent aux extrêmes (ALAIN, Propos, 1924, p. 620).
C. — Au fig.
1. [Le suj. désigne des sensations, des pensées, des sentiments, des souvenirs oubliés] Remonter, resurgir à l'esprit venant des profondeurs de la conscience. Émotions qui refluent sur qqn. Puis, avec le flot de paroles qui jaillit des larmes heureuses, elle reprit, comme si, dans l'émotion et l'épanchement de sa joie, toute son enfance refluait à son cœur (GONCOURT, G. Lacerteux, 1864, p. 4). Toute la douceur de vivre reflue en moi (MAURIAC, Écrits intimes, Du côté de chez Proust, 1947, p. 141).
Absol. Les heures odieuses de son existence refluent une à une, sa mémoire ayant concentré et raffiné leur venin (ARNOUX, Double chance, 1958, p. 167).
Faire refluer. Il fait des efforts violents pour faire refluer le temps, pour revenir à ses souvenirs d'il y a quinze ans (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 313).
2. Littér. [Le suj. désigne une pers.] Retourner vers. Une pareille blessure faite à mon cœur me fit refluer vers mes anciennes habitudes de violence (FABRE, J. Savignac, 1863, p. 241).
Refluer vers soi-même. Retourner au plus profond de soi-même. La conscience qui hésite n'exprime sa vocation d'unité qu'en se dépassant dans une conscience de soi douloureuse (...); refluant vers moi-même, je me sens terriblement exister, à la façon d'une plaie vive (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 134).
Rare, en empl. trans. Remonter le cours du temps. Maudire le rationalisme, c'est (...) en appeler au moyen âge (...). Il s'agit de savoir s'il faut refluer cinq siècles (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 45).
REM. Refluant, -ante, part. prés. en empl. adj., hapax. Une ardeur, un désir de vivre, associés avec une amertume refluante, comme venant de privation et de désespérance (BAUDEL., Fusées, 1867, p. 632).
Prononc. et Orth.:[], (il) reflue [-fly]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1450 [ms. XVIe s.] « (d'un liquide) couler soudain en sens inverse » (JEAN MIÉLOT, Echez amoureux, ms. Bibl. nat. fr. 143, d'apr. P. LAURENT ds Romania t. 51, p. 44: la mer qui... flue et reflue deux fois chacun jour par l'influence... de la lune); 2. 1752 fig. en parlant de choses abstr. (Trév.:Les dissensions dont Rome étoit pleine, refluoient jusques dans les armées); 1788 en parlant d'une foule (BARTHÉLÉMY, Anacharsis, introd., 1 ds LITTRÉ). Empr. au lat. refluere « couler en sens inverse, se retirer »; cf. le m. fr. refluir (fin XIVe s. ROQUES t. 1, I, 10349), de même orig., avec changement de conjug. Fréq. abs. littér.:304. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 228, b) 364; XXe s.: a) 416, b) 650.

refluer [ʀ(ə)flye] v. intr.
ÉTYM. 1450; refluir, 1380; du lat. refluere « couler en arrière ».
1 Couler soudain en sens contraire, en parlant des fluides. || L'eau reflue à marée descendante. Baisser, retirer (se); reflux. || Le mascaret (cit.1), masse d'eau qui reflue contre la descente du fleuve. || Le sang refluait, a reflué vers son cœur (→ 1. Point, cit. 3).
2 (1757). Par métaphore ou fig. (En parlant d'un flot, d'un ensemble de personnes qui retourne d'où il vient ou qui, trop pressé en un endroit, se porte dans un autre). || La foule refluait dans le vestibule d'entrée (→ Haie, cit. 10). || Les enfants qui refluaient vers le collège (→ Aspirer, cit. 21.1). Revenir, retourner. || Faire refluer : faire aller en arrière, faire reculer. Refouler. || Faire refluer les manifestants.(XIXe). En parlant de choses abstraites. Resurgir à la conscience. || La rage en elle refluait (→ Exaspération, cit. 5).
0 Les assaillants, laissant leurs morts et leurs blessés, refluaient pêle-mêle et en désordre vers l'extrémité de la rue et s'y perdaient de nouveau dans la nuit. Ce fut un sauve-qui-peut. La barricade était dégagée.
Hugo, les Misérables, IV, XIV, IV.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
CONTR. Déferler.
DÉR. Refluant, refluement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • refluer — Refluer. v. n. Il se dit du mouvement des eaux qui retournent vers le lieu d où elles ont coulé. On a fait une digue au travers de la riviere qui fait refluer l eau. quand la mer monte elle fait refluer les rivieres. le sang refluë vers le coeur …   Dictionnaire de l'Académie française

  • REFLUER — v. n. Il se dit Du mouvement des fluides qui retournent vers le lieu d où ils ont coulé, ou qui, pressés dans un endroit, se portent dans un autre. Quand la mer monte, elle fait refluer les rivières. Les eaux de la rivière, arrêtées par des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • REFLUER — v. intr. Il se dit du Mouvement des liquides qui retournent vers le lieu d’où ils ont coulé, ou qui, pressés dans un endroit, se portent dans un autre. Quand la mer monte, elle fait refluer les rivières. Les eaux de la rivière, arrêtées par les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • refluer — (re flu é) v. n. En parlant des fluides, retourner vers le lieu d où ils ont coulé. Quand la mer monte, elle fait refluer les rivières. •   Sa voix trembla en donnant cet ordre, son sang reflua vers son coeur, VOLT. Zadig, 13.    Fig. •   Avant… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • refluer — vi. => Déborder …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • dichalañ — refluer …   Dictionnaire Breton-Français

  • refouler — [ r(ə)fule ] v. tr. <conjug. : 1> • XII e; de re et fouler ♦ Fouler, pousser en arrière. 1 ♦ Techn. Comprimer avec un outil percutant. Refouler un métal, le repousser pour resserrer un assemblage. 2 ♦ Pousser en arrière, faire reculer.… …   Encyclopédie Universelle

  • retirer — [ r(ə)tire ] v. tr. <conjug. : 1> • XIIe; de re et tirer I ♦ Amener hors d un lieu. 1 ♦ RETIRER QQCH. À QQN : enlever qqch. à qqn, priver qqn de qqch. ⇒ dépouiller , ôter. Retirer une autorisation, un permis à qqn. Je vous retire la parole …   Encyclopédie Universelle

  • affluer — [ aflye ] v. intr. <conjug. : 1> • 1375; autre sens 1180; lat. affluere, de fluere « couler » 1 ♦ Couler en abondance vers (liquide organique). Le sang afflue au cerveau. Par ext. Les affaires reprennent, l argent afflue. 2 ♦ Se porter en… …   Encyclopédie Universelle

  • baisser — [ bese ] v. <conjug. : 1> • baissier 1080; lat. pop. °bassiare, de bassus → 1. bas I ♦ V. tr. 1 ♦ Mettre plus bas. ⇒ abaisser, descendre. Baisser un store. Baisser le col de sa chemise. ⇒ rabattre. Baisser son pantalon. Baisser la vitre d… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.